AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
version n° 8 ✖ on kife les vioc's de cbl.
commenter la maj' ici.
.

Partagez | 
 

 (m) lauridsen ◭ love and caring

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


◭ messages : 198
◭ arrivé(e) le : 16/05/2012
◭ âge : vingt cinq ans
◭ statut : marié
◭ études/métier : étudiant en économie


MessageSujet: (m) lauridsen ◭ love and caring   Mar 4 Sep - 15:48

maé prenom nom

copyright avatar : guerlain.

son âge → vingt-trois ans
son groupe → the tempters (au choix)
son boulot → au choix, je le vois bien étudiant, mais le genre qui a choisi le premier domaine sur la liste et qui se fout d'avoir son année ou pas.
son caractère → charmeur, vantard, jaloux, infidèle, arrogant, menteur, passionné
son histoire → C'est le coup classique du fils cadet, dans l'ombre de son frère aîné. Pour Maé, tout à toujours été ainsi. Fils cadet, jamais premier, jamais dernier, il devait ramasser les pots cassés de Zadig, et prévenir les éventuels dégâts de leur petite sœur. Sa vie a passé ainsi, entre la maison où se disputait constamment Zadig et sa mère, et l'école, où il devait faire bonne figure. La vie de Maé, cette espèce de série de TV à l'américaine, où le héros sort avec une jolie blonde pom-pom girl, où il est capitaine de l'équipe de football, tout le monde en rêve. C'est le bling-bling des jeunesses dorées, désillusionnée, qui s'oublient dans la came, l'alcool, le sexe, la fête. Jamais Maé ne s'en est lassé. Il est dans son élément, dans cet univers d'argent et de pouvoir. Manipulateur dans l'âme, il n'a aucuns scrupules à user de son nom pour obtenir ce qu'il désire. Et souvent il réussi. Atteint du syndrome du requin, il ne s'arrête jamais de bouger. Fini le lycée, la copine pom pom girl prude qu'on trompe à tout va, adieu l'équipe de football, où Maé s'emmerde; bonjour fac, bonjour le monde. Majorité atteinte, folies exacerbées. Les années passent, une, puis deux, et ainsi de suite. Vingt trois ans. On fête son anniversaire, les cartons d'invitations ont été distribués dans la rue, vient qui veut -et qui les vigiles laissent entrer, bien sûr-. Et puis il y a elle. Elle ne parle pas un mot d'anglais, dit amen à toutes ces paroles. Elle est belle, elle ne comprend rien, et même si les drogues qui circulent autour d'elle ont l'air de lui faire peur, elle semble les connaître par cœur. Maé s'adonne, Maé s'abandonne dans les bras de Zurie. Pendant plusieurs nuits, pendant plusieurs mois. S'il pouvait, il l'enchaînerait, la belle Argentine tombée du ciel. Il la garderait pour lui seul. Personne n'a le droit de la toucher, de lui parler, de penser à elle. Elle lui appartient. Il répète inlassablement son nom, pendant l'amour, avec délice, comme un caresse. Il pense l'aimer. De toutes façons, on aime ce qui nous appartient, non ? Torturé par son désir, sûr de l'amour de la jeune femme, il organise une nouvelle fête, grandiose, tout doit être parfait, parfait pour Zurie, pour la femme qui l'obsède nuit et jour. C'est décidé, il la demandera en mariage devant tout le monde. Toute la presse sera là, ce sera encore plus jouissif que l'interview d'un de ces cons de footballeurs. Et puis tout se casse la gueule. Et puis Zadig arrive, fracasse tout. Zadig le magnifique, Zadig l'adoré, l'aîné, l'adulé, le préféré. Même Zurie semble se liquéfier devant son grand frère, qu'il lui présente sèchement. « Mon frère, Zadig. Fermes les cuisses, petite pute, tu dégoulines. » Même pas certain qu'elle ai compris, ou même entendu, il court s'enfermer dans un de ces paradis artificiels, mélange de crystal et d'héroïne. Gâchée, sa grande soirée. Gâché, son couple, son amour. Le putain d'amour. La seringue dans le bras, il regarde s'éloigner son frère et sa petite amie, main dans la main, lèvres collées et regards enfiévrés. Il crache sa colère, déverse sa fureur, hurle son chagrin en solitaire, se jette contre les murs; tout, pourvu qu'il oubli la douleur. Et quelques jours plus tard, ça y est, le point culminant, Zurie et Zadig se marient. Ô, jeunesses impies, vous laisserez vous crever sans vous venger ?

avatar négociable ? → à priori non. mais si vraiment vraiment vraiment mathias lauridsen vous rend malade, alors on peut voir ensemble quelqu'un d'autre.
pseudo négociable ? → tout à fait, j'ai mis maé parce que j'aime assez les prénoms masculins en m, mais vous êtes tout à fait libre d'en changer ! j'ai pas parlé du frère de zadig dans ma fiche, donc le pseudo est free style !
mot du créateur → c'est un personnage important pour l'évolution de zadig, donc j'aimerais autant éviter d'avoir affaire à un membre fantôme. je vous demande pas d'être hyperactif sur le forum mais une réponse ou deux par semaine, ça me semble honorable et surtout réalisable. après, je suis consciente qu'on a tous une vie irl et je ne suis pas non plus intransigeante sur la question de la fréquence de rp. le principal, c'est que vous réussissiez à vous intégrer sur le forum et à jouer à votre aise avec maé.

feat : mathias lauridsen.
Mais qui sans amour existe ? .


Maé et Zadig, les demi-frères, les frères ennemis. Si le premier considère que le second lui a volé ce qui lui appartenait, le second, qu'en à lui, n'en n'a... Rien à foutre. Il vit sa vie de son côté, croise quelque fois ce frère qu'il connait si mal, vit avec la femme que Maé aime, mais ne s'occupe pas outre mesure du différent qui les opposent. Cette attitude énerve Maé au plus au point; pour lui, Zadig est arrivé, à pris ce qu'il voulait, et affiche maintenant une gueule de conquérant. De quoi rendre furieux le jeune homme. Zadig, lui, ne voit pas les choses comme cela. De son point de vue, c'est une simple rencontre qui a conduit à un coup de foudre et un mariage intéressé dans la foulée.



Zurie. Zurie la mstérieuse, Zurie la voluptueuse. Maé est dingue de cette fille, il s'imagine qu'il éprouve de l'amour, mais il s'agit en fait d'un désir enfantin d'obtenir ce qu'il convoite. S'il déteste son demi frère, il n'arrive cependant pas à en vouloir à la jeune femme de l'avoir quitter. Il se figure qu'elle reviendra, que la seule chose qui l'attire en Zadig, c'est cette désinvolture, cette nonchalance. L'indifférence qu'il affiche par rapport à sa situation sociale doit plaire à Zurie. Mais Maé en est sûr, un jour elle se lassera de cette vie de bohème, et alors il sera là, prêt à la recueillir.

_________________________
L’humanité souffre et je souffre avec elle.
en construction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(m) lauridsen ◭ love and caring

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARRIED BY LOVE. ™ :: chapter two ◭ when it becomes serious. :: We found love.-