AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
version n° 8 ✖ on kife les vioc's de cbl.
commenter la maj' ici.
.

Partagez | 
 

 devi & iris ► Ne nous torturons pas, nous sommes déjà à l'agonie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


◭ messages : 268
◭ arrivé(e) le : 21/05/2012
◭ âge : 24 ans
◭ statut : en situation délicate.
◭ études/métier : employé dans le café librairie de sa tante


MessageSujet: devi & iris ► Ne nous torturons pas, nous sommes déjà à l'agonie.   Mer 1 Aoû - 17:16




Le jour est à peine levé quand il frappe à la porte. Il est si tôt, bien trop tôt. Mais plus que l'heure, c'est le motif de sa venue qui le peine. Il ne voulait pas que ça se passe comme ça, ni pour Arya ni pour Iris. Arya, qu'il a laissée seule dans l'appartement, et Iris, cette étrange jeune femme aux yeux si fascinants, qui semble capable d'opérer des changements si grands en sa personne. Sans qu'elle en ait conscience, bien évidemment. C'est trop récent pour qu'elle s'en rende compte, pour qu'il lui exprime par des mots ce qu'elle lui fait... Il n'est pas envisageable, pour l'heure, de lui dire l'espoir qu'elle représente pour lui : la porte de sortie vers une vie amoureuse plus simple et moins honteuse, une relation simple et banale comme il en rêve. Plus tard peut-être, quand ses pensées se seront apaisées et éloignées un tout petit peu de sa sœur. Pour l'instant, il doit faire face à une situation qu'il n'a jamais connue : vivre avec quelqu'un d'autre qu'avec Arya. Un changement pour le moins important dans sa petite vie. Le poids qu'il pèse, à peine supportable. Mais ça passera, hein ?
Un, deux, trois coups. Expiration. Les mains prestement renfoncées dans les poches, il attend, qu'elle vienne lui ouvrir la porte de son appartement. Pas très délicat de lui demander l'asile après cette stupide dispute avec Arya, mais aussi ridicule cela soit-il, c'est à elle qu'il a pensé en premier. Imbécile, petit être pétri de sentiments... Comble de la chance, Iris a accepté de l'héberger. Pure bienveillance ou totale indifférence, il ne reste plus qu'à trancher, même si la première option serait plus plaisante.
La porte s'ouvre sur son visage, si mal connu en définitive. C'est dommage, mais comme dirait l'autre : avec un peu de chance, ce n'est qu'un début. Devi esquisse un sourire timide. Ce plaisir de voir une femme n'est pas nouveau dans le fond, simplement, jusqu'ici, tout le plaisir était pour Arya. Iris éveille des sentiments bien différents, qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir ressentir. Son attachement pour sa jumelle semblait prendre toute la place et éclipser toute autre forme d'amour pour une autre personne. C'est curieux, agréable, de se découvrir capable de ça. Réconfortant après la nuit passée. Ses cordes vocales en portent encore les séquelles, sans parler de ses oreilles. Arya crie fort. Vraiment, voir Iris sur le pas de la porte l'enchante plus qu'il n'aurait cru. Après tout ce temps à s'inquiéter de sa sœur, il réalise qu'il aurait du attacher un peu plus d'importance à la jeune femme, pour qui son affection est évidente. Si seulement il savait quoi lui dire. « Hey, j'espère que je te dérange pas. » Il voudrait l'embrasser, mais ça aurait pu être plus simple.. Il ne sait même pas si ses sentiments sont partagés, il ne sait même pas s'ils ne sont pas simplement une petite histoire de passage, pour marquer la transition. Et il ne sait rien d'elle. Tout simplement. C'est stupide, et chose plus stupide encore, il s'en veut. Qui plus est, c'est qu'il n'y connaît rien en relation normale, tout ça, c'est nouveau et perturbant. Devi a presque l'impression de marcher sur des rondins flottants tant il se sent maladroit. Pire encore lorsqu'il passe devant elle pour rentrer dans l'appartement, les yeux s'habituant à ce nouvel environnement. Une jeune femme traversa la pièce, lui jette un regard circonspect. Une colocataire... Il n'était même pas au courant. Pourquoi l'aurait-il été, de toute façon ? La jeune femme disparaît, il pose son sac et se retourne tandis que la porte claque. « Je suis vraiment désolé de te demander de m'héberger, j'avoue que... » … qu'il n'avait pas d'autre solution plus satisfaisante. Une main dans ses cheveux vient abréger sa phrase, que manifestement, il ne terminera jamais. Ses yeux la scrutent. Iris est une belle femme, impossible de le nier. Au delà de ça, il y a aussi cette impression qui le ronge qu'elle n'est pas simplement une belle façade. Subtile et secrète. « Tout va bien, pour toi ? » Comme si c'était normal, comme si sa venue n'avait rien d'étrange. Qui emménage chez sa copine après deux semaines de fréquentation ? Nonchalence feinte, ça le dérange un peu d'être là. C'est un cheveux sur la soupe. Il prend appui sur le meuble de l'entrée, l'observant sans détour. Oui, la tentation est forte de s'avancer pour l'embrasser.

_________________________
Dansons sur les cendres de notre amour
"Je connus la lumière de ma soeur dans l'obscurité premire. Ce que j'ignorais alors, c'est la part d'obscurité qu'elle porterait en elle tout au long du voyage? Je crois aux liens des jumeaux, à l'attache parfaite, surhumaine, entre les jumeaux." Le prince des marrées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


◭ messages : 606
◭ arrivé(e) le : 07/06/2012
◭ âge : 22 sex.
◭ statut : sans relation fixe. tout...
◭ études/métier : en troisième année de droit.


MessageSujet: Re: devi & iris ► Ne nous torturons pas, nous sommes déjà à l'agonie.   Sam 11 Aoû - 13:45



sensation nouvelle.


Le fait de revoir Mika, d'avoir craquer devant lui, t'as en quelque sorte réveillé. Certes un réveil brutal, sa rancune t'a fait comprendre que tu ne t'étais jamais remise de la perte de ton enfant. Un mal qui t'a détruit et qui jusque là t'a empêcher de construire ta vie. Tu n'as cesser d'y penser, cherchant à te remettre en question. Si bien que quand tu as reçu l'appel de Devi te demandant de l'héberger, tu n'as pas refuser. À ton grand étonnement, une relation qui aurait du durer une nuit, se transforme en relation tout court. Même si seulement deux semaines que vous êtes ensemble, vous êtes déjà considérer comme un couple. Étrange sensation aussi de savoir que c'est avec Devi que tu te laisses tenter, le frère de ta meilleure amie. Qui d'ailleurs à l'air de plutôt mal le vivre, tu ne sais pour quelle raison. Tout s'enchaine trop rapidement, tu perds le contrôle et pourtant tu ne fais rien pour la ralentir.
Dans ton lit, tu regardes le plafond. En ce moment, il t'arrive souvent de ne pas trouver le sommeil et de passer tes nuits à observer ce mur blanc, à la recherche de réponse que tu ne trouves toujours pas. Dingue, ta dernière dispute avec Mika'îl t'a vraiment foutu un coup, il n'avait fait que te dire la vérité toujours avec sa méchanceté, mais tu sembles avoir décidé de l'écouter. Bonne chose ou pas, tu tentes de redevenir celle que tu étais avant de tomber enceinte, pas gagner, mais l'important c'est que tu essayes.
Un coup, tu sursautes. Deux coups, tu jettes un coup d’œil à ton réveil qui affiche qu'il est bien trop tôt. Trois coups, tu te lèves précipitamment pour ouvrir la porte avant que Lou-Ann ne se réveille et par la même occasion qu'elle te tue de lui avoir gâcher son sommeil. Soufflant, tu fais bonne figure avant d'ouvrir la porte et de tomber comme prévue sur Devi. Sur ton visage s'affiche un petit rictus, comme intimidé par sa présence, une petite conne amoureuse toute gênée. Mais, tu n'es pas amoureuse, du moins pas encore. Peut-être que ton désire de changement s'opèrera avec lui, pour une fois tu veux laisser une chance, pauvre de lui s'est tombé sur lui. Deux semaines que vous êtes ensemble à peine, seulement deux semaines et tu t'écartes pour le laisser entrer chez toi. En fait, tu le laisses entrer ta vie. Et la présence de Lou qui passe entre vous te rappelle que tu n'es pas seule dans cette appartement et son regard noir ne laisse présager rien de bon pourtant t'en a rien à faire. « Je suis vraiment désolé de te demander de m'héberger, j'avoue que... » Il ne termine pas sa phrase, tu l'intimides et tu trouves ça plutôt mignon. Il ne sait pas comment réagir avec toi et à vrai dire toi non plus. Il faut dire que la seule vraie relation de couple que tu as connu c'était avec Mika'îl, putain qu'il est chiant à toujours avoir un quelconque lien avec ton passé. « Tout va bien, pour toi ? » Un rire manque de s'échapper de ta bouche, définitivement Devi était vraiment mignon dans son genre. Voyons qu'il était gêné tu préfères prendre les devant. Sans un mot, tu glisses ta main dans la sienne et prends son sac. Tel un guide, pour la première fois tu lui montres ta chambre qui dorénavant deviendra votre chambre. Votre chambre. Ca sonne tellement bizarre, que t'as l'impression que t'es dans un rêve. Qui l'aurait cru sincèrement ? Toi, l'Iris que l'on peut comparer à une pute, tellement tu t'adonnes à fournir ton corps à qu'il veut. L'attitude de Devi, t'intrigue tout de même. Quant tu le vois, tu n'as vraiment pas l'impression qu'il est un garçon profitant des filles au contraire tu l'imagines plutôt stable et tu ne comprends pas pourquoi toi ? C'est vrai que tu es loin d'être la définition d'une fille stable. « Je... Ca ne me dérange pas de t'héberger Dev', au contraire. » Murmures-tu de manière inaudible. Ce que s'est dur de se comporter "normalement". « Bref. Je t'ai libéré quelques tiroir pour que tu puisses ranger tes affaires, si c'est pas suffisant fait le moi savoir. » Tu lui lâches la main et file t'allonger sur ton lit. T'es un peu fatigué, en même temps c'est normal, car quand tu as donné ton accord pour qu'il vienne s'installer chez toi, tu t'es simplement mise à faire du rangement. Enfin surtout lui faire de l'espace pour qu'il se sente comme chez lui parce que après tout venir dans une maison où il n'y a que des femmes c'est pas simple. « Sûrement que ça ne me regarde pas, mais il s'est passé quoi avec Arya ? Enfin si tu veux pas en parler, j'suis douée pour passer à un autre sujet. » Tu le regardes lui qui est appuyé contre la porte de la chambre, tu lui souris. T'aimerais vraiment savoir comment tu dois t'y prendre pour paraître normal, avoir les bons gestes qu'une copine aurait envers son copain. Parce que oui, Devin insuffle cette sécurité à laquelle tu n'avais plus goûté.

code par losing game.




hs : c'est pire que nul, mais vraiment pire que nul. j'suis désolé et j'espère me rattraper au prochain. :(

_________________________
    « YOU TAKE EVERYTHING FROM ME. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

devi & iris ► Ne nous torturons pas, nous sommes déjà à l'agonie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARRIED BY LOVE. ™ :: chapter four ◭ phoenix-arizona. :: East side Phoenix. :: 44 Monroe-