AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
version n° 8 ✖ on kife les vioc's de cbl.
commenter la maj' ici.
.

Partagez | 
 

 Sooner or later, it will be over ◭ b&a.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

tic-tac ; tu craques. ♡

Féminin ◭ messages : 501
◭ arrivé(e) le : 23/05/2012
◭ âge : Vingt bougies allumées.
◭ statut : Aaron, the one and only.
◭ études/métier : Etudiante en Droit.


MessageSujet: Sooner or later, it will be over ◭ b&a.   Mar 24 Juil - 13:58



✖AARON&BETH✖
« when everything is meant to be broken. I just want you to know who i am. And i don't want the world to see us. Cause they will not understand. »



« Je suis enceinte. » Effarée sur mon lit, les mains plaquées sur mes oreilles, les yeux plissés ; j’essayai tant bien que mal de chasser cette phrase – qui se répétait sans cesse dans ma tête. Affolée, hagarde, hébétée ; je me levai brusquement. Je n’en pouvais plus. J’avais pris la fuite, j’avais quitté l’appartement de Zooey sans un mot. Je n’en avais pas la force. Tout lui avouer ? Essayer de lui expliquer que le père de son enfant était à présent MON Aaron ? J’en étais incapable. Cela l’aurait tué. Si fragile, elle n’aurait pas pu supporter le choc. J’avais donc choisi de me taire, de faire semblant d’être heureuse pour elle. L’étais-je ? Je l’ignore. Je suis pourtant sa meilleure amie. Je devrai être excitée, aux anges. « Tu vas être la marraine, bien évidemment. » Cette phrase m’avait poignardée, meurtrie. Cette scène ne cessait de se répéter de plus en plus. Je suffoquai. Je manquais d’air. J’ouvris la fenêtre brutalement et laissai le courant d’air submerger la chambre, l’aérer. Quel temps pourri. Le vent soufflait de plus en plus fort, le ciel était gris ; bref, le temps idéal pour déprimer. Ma tête allait bientôt exploser à force de réfléchir depuis toute à l’heure. J’étais perdue, coincée. Je devais choisir et c’est cela qui me terrifiait. Mais choisir entre qui ? Entre ma meilleure amie et mon bien-aimé ? Comme si l’on pouvait choisir. Ou allaient-ils plutôt choisir pour moi ? C’est sûrement cela qui me terrifiait le plus. Un enfant. Bon Dieu, un enfant. Ce n’est pas un sujet qu’on peut prendre à la légère ; ce n’est point une histoire qu’on peut régler facilement. Ce facteur va tout changer à présent. Absolument tout. Et si jamais il se décidait à me quitter ? Si jamais il m’abandonnait ? Ce serait logique, compréhensible. Après tout, elle porte son enfant. Cette horrible pensée m’arrache un cri déchirant. Je ne pouvais envisager une future rupture ; une rupture aussi hâtive. L’on venait tout juste de se mettre ensemble ; hors de question. Je ne pouvais accepter le fait de me séparer de lui. Il occupait à présent toutes mes pensées, toute ma vie. Que vais-je devenir sans lui ? Rien. Absolument rien. Une vie déserte, vide ; voila à quoi ressemblerait mon quotidien en son absence. La peur me paralysa, subitement. La crainte de voir la réaction d’Aaron. Je fus rapidement témoin d’une scène imaginaire de rupture, MA scène de rupture. Je secouais la tête, brusquement, refusant de penser à cela. Etait-il au courant ? Me l’avait-il caché ? Ou est-ce que Zooey avait préféré me l’annoncer en premier ? Tant de questions en un laps de temps aussi court. Je sursautai. La sonnerie. « Merde. » J’avais complètement oublié. On s’était mis d’accord de diner ensemble ce soir, avec Aaron. J’étais tellement affolée par ce que je venais de vivre que j’avais oublié notre rendez-vous. J’aurais du annuler. Je n’étais pas prête à lui faire face, à voir notre relation s’écrouler aussi rapidement. Pas aujourd’hui, pitié. Je ne pourrai le supporter, je me connais. La sonnerie retentit à nouveau. Impatient, il mourrait sûrement d’envie de passer encore une soirée en amoureux en ma compagnie. Je l’aurais été aussi si cette nouvelle n’avait pas tout chamboulé d’un coup. Prétendre, c’est ce que j’allais faire. Je n’avais guère le choix. Je n’ai point le droit – non plus – de lui annoncer cette nouvelle. C’est à Zooey de le faire. C’est à la maman de son enfant – de le faire, oui. Pathétique. A croire que l’on est maudits tous les deux, mon Aaron. Que l’on est destiné à se séparer. Lasse, je me dirigeai vers la porte priant Dieu que ce ne soit pas lui ; que je ne me retrouve pas obligée de tout lui avouer ; de me séparer de lui. « Aaron... » J’étais fatiguée, épuisée. Je me forçais pourtant à sourire et me laissai tomber dans ses bras. Je m’appuyais – presque- sur lui n’ayant plus la force de tenir sur pieds. Ses bras, son odeur, sa peau, sa présence ; tout cela m’avait énormément manqué. Il était ma bouteille d’Oxygène, il m’était vital. Je pris mon temps, m’attardai dans ses bras. Qui sait ? Ce serait peut être la dernière fois. Il ne serait peut être plus le mien dans quelques jours, voir quelques heures. Je me séparai de lui, douloureusement. Un autre sourire. Hypocrite, voila ce que je suis. Honte à moi. Je ne l’ai pourtant jamais été avec toi mon Aaron mais je n’ai guère le choix. Me voila obligée à prétendre, à te mentir alors qu’on est encore au tout début de notre relation. « Entre. » Je fuyais son regard et m’avançais vers le salon. Aaron me connaissait par cœur et il n’allait pas tarder à suspecter qu’il se passait quelque chose. Je faisais pourtant un effort, j’essayais de prétendre que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Que j’étais heureuse, épanouie, ravie de le voir. Que j’avais passé une magnifique journée à faire les boutiques. Rien de bien intéressant ou de particulier. « Et ta journée alors ? » Une discussion bien ordinaire d’un coup ordinaire. Voila ce qui va se passer ce soir. On ne va pas se quereller ; je le refuse. On va en profiter, tous les deux mon Aaron. On est fatigué, on en a marre à la fin de tous ces problèmes. On mérite maintenant qu’on soit heureux, n’est-ce pas ?

_________________________

❝ AND I LOVE YOU MORE THAN I SHOULD.ღ❞
J’étais très bien comme j’étais, occupée à me détruire, et puis tu t’es pointé et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. Aujourd’hui, je pulvériserai le record du plus gros sandwich si tu me le demandais, je tabasserais les mamies, je remplirais de soda les fleuves du pays...Je t’aime Aaron, t’es tout ce que j’ai au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

AARON Ҩ you can have whatever you like.
Féminin ◭ messages : 771
◭ arrivé(e) le : 27/05/2012
◭ âge : 25 ans
◭ statut : Amoureux de Beth
◭ études/métier : soigneur à l'aquarium de la ville


MessageSujet: Re: Sooner or later, it will be over ◭ b&a.   Mar 24 Juil - 16:58


❝SOONER OR LATER, IT WILL BE OVER❞


Son sourire bon sang… Son sourire ! Il y avait pensé toute la journée, il en avait rêvé la nuit précédente et l’avait désiré le jour d’avant. Bordel, cette demoiselle le rendait fou. Fou d’elle. Heureux de pouvoir à chaque fois la retrouver et pouvoir agir normalement, se sentir enfin heureux dans ce monde qui ne cessait de lui mettre des bâtons dans les roues. Zooey ne représentait plus un grand problème, bientôt il la larguerait et ce serait alors bien fait pour elle… Il comptait vivre sa vie et la vivre pleinement signifiait oublier son passé pour continuer avec son présent. Beth-Eden Levy, elle était son amour. C’était dur de rentrer chaque soir chez sa petite amie en sachant qu’il ne rêvait que d’elle, que d’une vie en sa compagnie. Pourtant c’était ce qu’elle avait demandé : qu’ils prennent leur temps et qu’ils ne disent rien à Zooey, ils devaient attendre pour ne pas la traumatiser, la faire souffrir… Il ne pensait qu’à une seule chose : son avenir en compagnie de Beth. Ils avaient d’ailleurs rendez-vous ce soir pour un petit repas entres amoureux, seuls, dans son appartement. Encore une fois, il était partit avec une certaine nonchalance de l’appartement qu’il partageait avec Zooey, prétextant une soirée de boulot en compagnie des autres gars de l’aquarium. Une fausse soirée détente qu’il comptait partager avec une jolie jeune femme blonde au sourire délicieux et au regard de sirène, elle l’avait envouté. Elle était douée, très douée… Alors qu’il marchait tranquillement vers chez elle, il ne pu s’empêcher d’imaginer comment elle l’acceuillerait, comme à chaque fois, avec un grand sourire et une douce étreinte. Il adorait cette joie de vivre qu’elle avait, toujours. Zooey n’était plus heureuse depuis belle lurette, elle vivait pour vivre, sans profiter, attendant simplement de crever la bouche ouverte. Plus de surprises, rien, seulement une routine à deux balles qui l’énervait. Il avait l’impression d’étouffer en sa compagnie et c’était Beth qui le libérait à chaque fois… Malheureusement leurs séparations devenaient de plus en plus douloureuses et il commençait à croire que la rupture avec Zooey allait arriver plus vite que prévu. Il ne comptait plus rester là les mains liées sans ne rien faire, il comptait bien la dégager le plus vite possible. Fini les sentiments, place à la liberté…

Il arriva bien vite au bas de l’immeuble de la jeune femme et découvrit avec un sourire qu’elle se tenait à la fenêtre sans réellement voir si elle le cherchait du regard ou bien si elle prenait simplement l’air. Tant pis, il décida donc de rentrer dans l’immeuble et d’aller prendre l’ascenseur pour accéder à son étage. Il était pressé, impatient de retrouver son corps, son visage, sa peau, juste elle… Elle lui manquait affreusement, chaque seconde passée sans elle devenait un enfer, elle était son idylle, sa divine idylle… Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine et dés que l’ascenseur stoppa, il se rua à l’extérieur pour aller frapper à la porte de la jeune femme, pressé d’enfin la retrouver. Une sonnerie… Pas de réponse. Elle ne daignait pas venir lui ouvrir alors que d’habitude, elle venait immédiatement, aussi excitée que lui à l’idée de se retrouver. Deux sonneries… Bon, elle arrive finalement, il entend ses pas derrière la porte mais il comprend bien vite qu’elle n’est pas pressée : elle met du temps. Bientôt elle ouvre la porte sans effusion de joie, il tente de cacher la déception douloureuse qui s’installe en lui. Elle vient dans ses bras et il sent immédiatement que quelque chose cloche chez elle. Elle n’est pas normale, elle n’est pas la femme dont il est tombé fou amoureux, elle n’est pas celle avec laquelle il a couché au petit matin dans la plus grande douceur… Ce n’était pas la vraie Beth, tout du moins, elle n’allait pas bien… Il fallait qu’il remédie à ça très vite, son sourire lui manquait affreusement et la voir dans cet état lui brisait le cœur. Il la serra tout contre lui, son rythme cardiaque accélérant d’un coup alors qu’il avalait sa salive. Elle faisait durer l’étreinte et lui prenait le temps de déposer un baiser sur son crâne. Finalement elle s’écarta et lui proposa de pénétrer dans les lieux, rien de mieux pour qu’il lui demande ce qu’il se passait en toute intimité. « Tu m’explique ce qu’il se passe là ? ». Il fronça les sourcils et observa la jeune femme avant de s’approcher d’elle en douceur et de sourire avec une certaine tendresse qu’il avait toujours lorsqu’ils étaient ensembles. « Je sais que ça va pas Beth… Je te connais par cœur, je suis amoureux de toi depuis bien trop longtemps pour laisser passer ça… Alors dis-moi… Qu’est-ce qui va pas ? ». Il caressa avec tendresse sa joue d’un pouce tremblant. Il avait peur, peur qu’elle s’en veuille encore une fois à cause de Zooey… Il était réellement temps que cette idiote sorte de leur vie, une bonne fois pour toute, histoire qu’ils vivent enfin leur amour au grand jour sans avoir une boule au ventre dés qu’ils passaient cinq minutes l’un avec l’autre…

_________________________

    ❝AARON & BETH. Leave them talk.❞
    I'm at a payphone trying to call home all of my change I spent on you. Where have the times gone, baby it's all wrong. Where are the plans we made for two? Yeah, I, I know it's hard to remember, the people we used to be... It's even harder to picture, that you're not here next to me. You say it's too late to make it, but is it too late to try? Now I'm paralyzed. Still stuck in that time, when we called it love, but even the sun sets in paradise. Payphone - maroon 5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://houseofbunnies.forums-actifs.net/

avatar

tic-tac ; tu craques. ♡

Féminin ◭ messages : 501
◭ arrivé(e) le : 23/05/2012
◭ âge : Vingt bougies allumées.
◭ statut : Aaron, the one and only.
◭ études/métier : Etudiante en Droit.


MessageSujet: Re: Sooner or later, it will be over ◭ b&a.   Mer 25 Juil - 16:58



✖AARON&BETH✖
« & puis il y a ton sourire. If you ever leave me, baby, Leave some morphine at my door Cause it would take a whole lot of medication To realize what we used to have, We don't have it anymore...»


Zooey, oh ma petite Zooey. Etait-elle obligée à chaque fois de s’interposer ? De tout foutre en l’air ? Oui, c’est sûrement égoïste, extrêmement cruel de penser de la sorte. Après tout, Aaron était le sien au tout début. Moi je n’ai fait que le prendre. Le lui voler ? Pour moi, il ne lui a jamais vraiment appartenu. J’ai toujours été amoureuse de lui, sans m’en rendre compte. Et apparemment lui aussi. On avait passé des années à mentir tous les trois, à jouer à une comédie pathétique. On avait perdu beaucoup de temps à être avec les mauvaises personnes. Maintenant qu’on s’en est rendu compte, il est temps que cela s’arrête. Il est temps qu’on soit enfin heureux, avec Aaron. Qu’on se mette ensemble, qu’on ose se montrer en public ; s’embrasser, s’en lasser, vivre tout simplement. J’ai toujours détesté les cachoteries, les secrets. Cela me tue. Ma famille est remplie de secrets extrêmement lourds et je refuse que ma relation soit pareille. Pourtant, n’est-il pas un peu trop tard pour souhaiter cela ? Après tout ma relation amoureuse avec Aaron a commencé d’emblée avec un secret bien lourd, aussi. On n’a toujours pas eu le courage de tout avouer à Zooey. On a préféré passer des semaines à se voir en cachette comme des voleurs, des criminels. Pourtant, au fond, on n’a presque rien fait non ? Après tout, on ne peut contrôler les sentiments. On ne peut se forcer à aimer quelqu’un ou passer sa vie à ses côtés. En quittant Zooey, Aaron va la libérer. Elle a assez souffert dans cette relation ; elle s’est énormément investie, a perdu une grande partie de sa vie dans un couple qui ne mènera nulle part. Elle a été aveuglée par son amour pour Aaron. Elle a refusé de voir la vérité, d’interpréter d’une manière objective la raison de leurs nombreuses disputes, des tromperies incessantes de Aaron. Elle a ignoré tous ces signes montrant que leur relation venait d’expirer, de mourir. Vais-je lui dire tout ceci ? Oui. Je devrai. Pourtant je ne l’ai pas fait. Je comptais le lui dire ce matin mais elle était tellement excitée, aux anges par la nouvelle concernant le bébé. Ce serait vraiment cruel de jouer aux rabats joie et de lui balancer la vérité en face alors qu’elle est heureuse, enceinte. Je crois pourtant que le silence est bien pire. Que la laisser vivre ainsi dans le mensonge aura des conséquences bien plus blessantes et cruelles. Mais je n’ai pas eu le courage de le faire. Je ne suis qu’une petite lâche hypocrite. Je n’ai pas pu lui dire que j’ai couché avec son petit ami, l’amour de sa vie, le père de son enfant. En voyant la lueur dans son regard, j’avais tout oublié. Je m’étais retrouvée incapable de dire quoi que ce soit. C’est tout de même ma meilleure amie, la sœur que je n’ai jamais eu. Lui faire du mal ? Je ne peux l’accepter. Même si… c’est trop tard, n’est-ce pas ? Le mal est déjà fait. Il faut juste essayer de régler les choses au mieux, à présent. Ce qui est impossible. Il ne reste qu’une solution. C’est bien évident hein ? Après tout, c’est toujours la petite amie officielle qui remporte la partie. Que ce soit dans les romans, les films, les séries télévisées… partout. C’est un stéréotype. C’est ancré dans nos gênes, nos têtes. L’amante, la maitresse qu’on aime tant, qui nous vend du rêve ; laisse sa place – tôt ou tard – à la petite amie, la fiancée, l’épouse… la mère des enfants. Une partie de moi ne cessait de répéter que Aaron était différent. Qu’il m’aimait bien trop pour m’abandonner. Mais maintenant, il y a de nouveaux détails, de facteurs à prendre en considération. Zooey va avoir un enfant. Non, Aaron et Zooey, vont avoir un enfant. Bon Dieu, quel excellent moyen de pression qu’elle a ici Zooey. Pathétique. Maintenant, on doit user de moyens de pression pour garder son amoureux. Ce n’était pas son attention, j’en suis convaincue. Elle croit toujours qu’il est amoureux d’elle. Après tout, leur relation a duré beaucoup d’années. Ils ont grandi ensemble, ont partagé tellement de choses. Aaron finit toujours dans les bras de Zooey, elle lui pardonne tout le temps et rebelote. C’est son point d’équilibre, l’origine de son repère. Alors pourquoi est-ce que ce serait différent cette fois ? Après tout, ce n’est pas la première fois qu’il la trompe avec quelqu’un d’autre. Qui sait ? Peut-être que mon âge, ma jeunesse, ma joie de vivre l’amusent, le divertissent et que maintenant que les choses sérieuses ont commencé, il va m’abandonner. Soucieuse, distraite, je posai mon regard à nouveau sur Aaron. Ce dernier, avait rapidement suspecté quelque chose. Il vint s’asseoir à côté de moi avant de me demander ce qui se passait. Deux choix s’offraient à moi. Tout lui dire ou continuer de faire semblant. Putain, comment j’ai toujours détesté choisir. J’en suis incapable. On a toujours choisi pour moi. Tiens, douce ironie. Maintenant aussi, on vient de le faire. A croire que l’on est maudits tous les deux, mon Aaron. A peine on a commencé à profiter de la vie ensemble, une catastrophe nous tombe dessus de nulle part. Enceinte… merde. ENCEINTE. Je poussai un soupir avant de me forcer à sourire à nouveau « Rien, mon cœur. Ne t’inquiète pas. Je suis juste fatiguée, c’est tout. » Suis-je égoïste en agissant ainsi ? Oui, sûrement. Mais je m’en fous. Je me permets d’être égoïste avec Aaron, MON Aaron. Je me permets de lui cacher cette histoire qui va foutre le bordel dans notre vie de couple. Je ne suis aucun cas responsable des actes de Zooey. Enceinte ou pas. Ce n’est pas à moi de le lui annoncer. Ce n’est pas non plus à moi de foutre la merde dans mon couple. « Tu m’excuseras mais je n’ai rien préparé. Je viens tout juste de rentrer. » Sacrée diner en amoureux. Je ne me reconnais plus. Triste, lasse, brisée, distraite ; ce n’est pas moi. Mais ai-je vraiment le choix ? Devrai-je être heureuse après cette nouvelle dévastatrice de la matinée ? Devrai-je songer au cadeau que j’allais offrir à ma meilleure amie lors de l’accouchement ? Ou peut être écrire une liste de futurs prénoms de bébés en compagnie de Aaron. Bon Dieu, quelle catastrophe. « Je n’ai pas faim. Je te commanderai une Pizza. Ca te va ? »

_________________________

❝ AND I LOVE YOU MORE THAN I SHOULD.ღ❞
J’étais très bien comme j’étais, occupée à me détruire, et puis tu t’es pointé et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. Aujourd’hui, je pulvériserai le record du plus gros sandwich si tu me le demandais, je tabasserais les mamies, je remplirais de soda les fleuves du pays...Je t’aime Aaron, t’es tout ce que j’ai au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


∞ Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sooner or later, it will be over ◭ b&a.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sooner or later, it will be over ◭ b&a.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARRIED BY LOVE. ™ :: chapter four ◭ phoenix-arizona. :: North side Phoenix. :: Arcadia-